Skip to content

Plus c’est dur à lire, plus on mémorise?

by sur 25 mai 2011

D’après une étude américaine intitulée « Fortune favors the BOLD (and the italicized)« , que l’on peut traduire par « La chance préfère le gras (et l’italique)« , les chercheurs considèrent qu’une police de caractère difficile à lire favoriserait la mémorisation du contenu.

Une typographie plus difficile à lire rendrait donc l’information plus facile à retenir pour le lecteur.

Si cette étude s’avérait confirmée, cela mettrait à mal énormément de concepteurs de liseuses et de tablettes numériques qui ont systématiquement mis l’accent sur la facilité et le confort de lecture, notamment grâce à une typographie simple, une taille de caractère la mieux adaptée à la lecture, un système d’éclairage optimale,…

Pour favoriser une meilleure mémorisation d’un texte, il serait même conseillé de mélanger différents type de typographies, peu importe la lisibilité de celles-ci.

Cette étude tend à faire penser que la plupart d’entre nous avons une mauvaise conception des conditions de mémorisation optimales.

En effet, qui d’entre nous a déjà essayé de « déchiffrer » ne fut-ce qu’une phrase écrite avec différentes typographies?

Fabian Bauwens

Source : Digitalbookworld

Publicités

From → Actualités

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :