Skip to content

«Romantic Business» : le mythe du créateur omnipotent, omniscient… et en vérité complètement perdu

by sur 8 avril 2013

Taipei, février 2013, la Foire du Livre, et Edi.pro parmi les invités d’honneur de l’évènement. Luca Venanzi a demandé à une de ses auteures, Julie Brunel, de venir y parler de la symbiose entre Industries Culturelles et Créatives, et Marketing.

La consultante commerciale est déjà en terrain connu à Taïwan, et sait la réserve traditionnelle des habitants de l’île. Or, cette fois-ci, en fin d’une de ses conférences, la question à première vue émotive d’un auditeur rappelle une notion universelle, le «Romantic Business».

Le talk porte sur le lien entre Graphic Design et Marketing dans le milieu de l’édition. Après une démonstration in situ de l’équation idéale pour assurer un retour sur investissement efficace et agréable pour tous, vient le moment des questions/réponses. Un monsieur prend le micro :

– «Bonjour. J’écris des textes, je fais les illustrations, je mets en page moi-même, puis je fabrique mon papier, le coupe, l’imprime aux caractères en plomb, laisse sécher, fabrique la couverture, relie le tout, emballe, et ceci à plusieurs reprises. Dès que j’ai quelques exemplaires de mon ouvrage, je me rends en voiture à une foire du livre artisanal, et j’attends que quelqu’un achète. Cela marche difficilement, et non seulement je ne gagne jamais assez pour me rembourser mon essence, je dépense beaucoup d’argent pour faire tout cela, et en plus j’ai de moins en moins de ressources pour vivre et continuer à créer… Pourtant, ici (sur la Foire du Livre de Taipei. NDA) je constate que les gens achètent des livres à tour de bras ! Pourquoi ça ne fonctionne pas pour moi ?»

Réponse :

– «Romantic Business».

Il s’agit d’un modèle d’affaires à perte certifiée, basé sur le déni de réalité de la part de l’entrepreneur. Ici en l’occurrence, cet artiste/écrivain/graphiste/paper designer/illustrateur/imprimeur/relieur/conditionneur/transporteur/monteur de stand/stratège tarification/commercial/comptable/gestionnaire… etc… et qui donne lui-même la réponse à sa question. Il décrit sans le savoir l’équation ‘temps x compétence = rendement’. Peut-être ce créateur est-il plus doué en écriture qu’en reliure, ou l’inverse ? Et une incohérence dans le produit fini (un mauvais texte bien présenté ou un excellent écrit mal relié) freine la vente.

Les romantic businessmen and women ne veulent pas -en fait- «lâcher bébé». LEUR création est LA nouvelle merveille planétaire, innovante et tellement attendue : personne d’autre qu’eux-mêmes ne peut mieux contribuer à cette Œuvre… Pensent-ils.

Pour déceler le romantic business en quelques indicateurs : la personne fait tout elle-même, elle réalise également son identité graphique et visuelle (ah non, elle n’a jamais étudié le Graphisme, pourquoi faire ?), a du mal à définir son métier, et elle évite de montrer ses créations, de peur de se les faire «piquer». Songez à ces ahurissants websites amateurs décrivant avec force «vocation» et «passion», et étoffés d’aussi approximatives images, voire aucune.

Pour en revenir à la description de l’entrepreneur créatif «homme-orchestre», les éditions Edi.pro adressent justement aux professionnels des ouvrages pour tendre vers une activité rentable et épanouissante. Un des premiers conseils porte sur la solidité de l’équipe et la délégation : un créateur isolé ne peut exister au-delà de son atelier. Il a intérêt à s’entourer des bonnes personnes s’il veut percer sur le marché. Et mieux vaut définir la qualité de son entourage à la compétence, la complémentarité et le partage des visions et valeurs d’entreprise.

Cela contrairement au copinage, n’en déplaise à certains : le «Coterie Business», encore un autre modèle économique… à perte certifiée pour tout le monde.

  

Julie Brunel, Conseil Stratégique

+32 (0) 485 934 635

www.juliebrunel.be

 

Publicités

From → Non classé

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :