Skip to content

« Business model creation »: véritable arme de réussite !

by sur 9 novembre 2014

Après « Innovation créative », Sophie Racquez , nous propose un nouvel ouvrage, Business model creation. Nous lui avons proposé une interview, à laquelle elle a accepté de répondre.

  • Pouvez-vous nous expliquer vos démarches d’élaborations et d’inspirations, dans la rédaction de votre nouveau livre « Business model creation » ?

La première fois que j’ai découvert le Business Model Canvas, c’était au salon Brussels Innova. Il était alors présenté par Stephen Newbury, dont la société IIG est basée à Oxford. Le modèle n’était alors pas du tout connu en Belgique. Petit à petit, pourtant, ce modèle a fait son chemin chez nous également et est à présent punaisé sur bon nombre de murs dans les salles de séminaires, en particulier dans les centres de coworking. C’est sur le trajet vers Oxford pour rencontrer Stephen et lui parler de mon projet de livre que j’ai élaboré le tout premier jet du plan de Business Model Creation. Après validation de sa version définitive par Edi.pro, je me suis mise à la rédaction. En amont de la rédaction proprement dite, il y a eu tout d’abord un travail de collecte d’informations pertinentes et de structuration des idées. J’aime bien laisser faire la sérendipité : découvrir un exemple par hasard en lisant un article durant une pause-café ou tomber sur un concept innovant commercialisé à l’étranger et encore inédit chez nous. Tous ces exemples, photos, articles découpés ont nourri les différents chapitres par des exemples et des anecdotes. De nombreuses conversations avec des starters et entrepreneurs ont été précieuses aussi. Le livre reprend d’ailleurs certains de leurs témoignages.

 

  • Qu’est-ce qui vous a réellement motivé pour la réalisation de cet ouvrage ?

Le Business Model Canvas est utilisé par plus de 5.000.000 de personnes dans le monde. Pour avoir présenté cet outil de nombreuses fois lors de séminaires, je me suis rendu compte qu’il manquait, à côté du livre de base qui permet de découvrir la méthode, un guide pratique à la portée de tous les créateurs d’entreprise. Un livre illustré par des exemples proches d’eux et faisant le lien avec des outils connus, comme la matrice SWOT, les 4P du marketing mix ou encore le calcul du seuil de rentabilité… La première partie du livre a d’ailleurs pour but de rassurer les candidats entrepreneurs, en leur permettant d’établir un bilan personnel de leurs atouts et de leurs faiblesses. Beaucoup de personnes ont un beau projet mais combien le concrétiseront réellement ? C’est dommage. J’espère que le livre permettra de transformer de nombreux rêves en réalité.

 

  • Parmi la multitude de conseils que décrivez dans le livre, quel est celui ou quels sont ceux que vous auriez aimé recevoir durant la création de votre propre société ?

Le business model permet de décrire en quelques éléments clés comment l’entreprise va gagner sa vie. Pour être rentable, l’entreprise doit non seulement créer et délivrer de la valeur, mais aussi en capturer en retour, c’est-à-dire faire en sorte que des clients la paient davantage que ce que cela lui coûte pour produire et leur livrer un produit ou un service. Lorsque j’ai créé ma société en 2007 avec mon frère, nous n’avions pas le Business Model Canvas à notre disposition. Résultat des courses, nous nous sommes au début trompés de business model. Nous proposions nos services d’évaluation d’idées gratuitement aux inventeurs en échange d’une rétribution sur la vente des inventions. Ce modèle marche aux Etats-Unis, mais malheureusement pas en Europe. Nous avons bien entendu « pivoté », c’est-à-dire changé de business model, mais nous avons perdu un an d’activités durant lequel nous n’avons presque rien vendu.

 

  • Pouvez-vous nous dire quels retours vous avez eus sur la publication de votre livre précédent ? Avez-vous eu des surprises ?

La publication d’un premier livre est un moment stressant, on se demande comment le public va réagir. Les retours sur « Innovation CRÉATIVE », mon premier livre, ont été très positifs. Deux commentaires en particulier m’ont marquée : celui de Corinne Marlière, journaliste au journal L’Avenir, qui a souligné dans un article du supplément Jobat que le livre se lisait presque comme un roman. Et celui de Marc-Alexandre Legrain, consultant en marketing, qui m’a renvoyé un e-mail me signalant que c’était comme s’il avait écrit ce livre dans une vie antérieure. Nous étions sur la même longueur d’onde et nous avons, depuis, mené différents projets ensemble, dont InnovaTop !, une expérience de créativité collective mêlant 50 citoyens et 10 entreprises wallonnes. C’est d’ailleurs aussi en quelque sorte grâce à Marc-Alexandre que ce deuxième livre a vu le jour, puisque c’est lui qui m’a encouragée à recontacter Stephen à Oxford.

  • Quelles sont vos relations avec votre maison d’édition ?

Edi.pro est une maison d’édition à taille humaine. J’aime beaucoup cette relation de proximité. Dynamique, elle participe pleinement à la promotion des ouvrages et des auteurs qu’elle représente. C’est une relation Win-Win qui s’installe, et donc un véritable partenariat. Cerise sur le gâteau, elle nous met en réseau avec d’autres auteurs de la maison, que nous rencontrons lors des séances de dédicaces dans les salons et avec lesquels nous pouvons aussi créer des liens business. Dans l’équipe d’Edi.pro, je remercie en particulier Isa, ma complice graphiste et Luca, son directeur, pour leur soutien.

Publicités

From → Non classé

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :