Skip to content

L’instant mobile… deux minutes pour convaincre votre client mobile !

by sur 9 décembre 2015
2015.12.28 - l'instant mobile

Le chiffre d’affaire du commerce électronique belge devrait avoisiner les sept milliards d’euros pour l’année 2015. Selon Comeos, plus de 60% des Belges achètent en ligne. Mais si le e-commerce est en plein trend explosif, son volet mobile est appelé à se développer aussi très vite. Il est donc essentiel pour les entreprises et les marques de se positionner sur ce segment si elles ‘’ne veulent pas purement et simplement disparaître du radar de leurs clients dans les années qui viennent’’ ainsi que l’affirme justement Pascal Poty, Expert en Technologies mobiles à l’Agence du Numérique (ex AWT) mais également auteur de l’ouvrage ‘’L’Instant mobile’’ qui vient de paraitre chez Edi.pro. Rencontre avec l’auteur qui évoque non seulement  l’importance pour les entreprises et les marques d’implémenter leur m-commerce mais aussi l’urgence à le faire…

Pourquoi «L’instant mobile» ?
Nous regardons en moyenne notre écran de smartphone 150 fois par jour. Toutefois, ces interactions dépassent rarement deux minutes. Pour être présente sur l’écran de votre client mobile, une entreprise doit donc convaincre endéans ces deux minutes. C’est l’instant mobile, un instant éphémère, récurrent, localisé et éminemment personnel. Comme l’a souligné Forrester, rien qu’aux Etats-Unis, 30 milliards d’instants mobiles sont comptabilisés quotidiennement. La captation de cet instant mobile devient donc un enjeu stratégique pour les marques et les enseignes.

Le m-commerce, c’est quoi ?
Le m-commerce constitue le volet mobile du commerce en ligne ou e-commerce. Entendu strictement, il désigne un processus transactionnel réalisé dans son intégralité à l’aide d’un terminal mobile de type smartphone. Cependant, il est de plus en plus associé aux transactions entre un terminal mobile et son environnement physique immédiat, notamment sur le point de vente. On parle alors souvent de commerce « Phygital » c’est-à-dire couplant le digital et le physique. Le m-commerce s’appuie notamment sur deux éléments différenciants que sont d’abord la capacité du smartphone à embarquer nativement un système de paiement et ensuite sur le recours possible à toute une catégorie de capteurs intégrés dans le smartphone permettant d’initier ou de faciliter une transaction comme l’appareil photo par exemple.

Dans votre ouvrage, vous citez Jacques Antoine Granjon, le fondateur de venteprivee.com qui dit : « l’e-commerce est soluble dans le m-commerce« . Cela signifie-t-il que, demain, le smartphone sera notre principal support d’achats ?
C’est déjà le cas! Le mobile représente déjà aujourd’hui plus de 50% du search, du trafic et des vidéos vues sur internet. Depuis quelques années on observait un déplacement significatif du trafic internet du PC vers le mobile mais dans le même temps, les taux de conversion demeuraient relativement faibles. Depuis cette année on constate également que les taux de conversion sont enfin au rendez-vous sur mobile. Le lancement traditionnel de la période des ventes de fin d’année, lors de Thanksgiving et du BlackFriday aux Etats-Unis, ont consacré en 2015 le rôle du mobile et en particulier du smartphone comme moteur des ventes en ligne. Selon Adobe, les opérations réalisées depuis un terminal mobile ont représenté 37% des ventes en ligne lors du week-end de Thanksgiving contre 26% en 2014 et 21% en 2013. Les smartphones sont les grands gagnants de cette tendance avec 22% des ventes contre seulement 15% pour les tablettes. Enfin, le m-commerce ne doit pas être opposé aux magasins physiques car le smartphone se positionne naturellement comme un puissant levier de médiation technologique entre les environnements digitaux et physiques facilitant les interactions sur le point de vente.

Donc il est plus opportun, à tout le moins nécessaire, pour les entreprises et les commerçants de développer leur m-commerce ?
Il y a dans ce domaine une forme d’urgence mobile pour les entreprises et les commerçants si ceux-ci ne veulent pas purement et simplement disparaître du radar de leurs clients dans les années qui viennent. Aux Etats-Unis, un consommateur sur cinq a déjà modifié son comportement d’achat en fonction de la disponibilité d’une offre marchande sur mobile. Cependant, cette évolution vers le m-commerce repose sur une dynamique nouvelle différente de ce qu’on connaissait pour le Web sur PC. Enfin, on observe également la montée en puissance de deux tendances fortes qui vont directement impacter les stratégies m-commerce des entreprises. La première de ces tendances réside dans une accélération du trafic mobile vers ce qu’on appelle communément les « carrefours d’audience », c’est-à-dire les plateformes sur lesquelles le consommateur est largement présent. Ce sont notamment les plateformes sociales et en particulier les services de messagerie instantanée. La seconde tendance est celle qui touche au développement des objets connectés et en particulier au «wearables», comme les montres connectées. Le m-commerce de demain sera donc éclaté entre plusieurs écrans et plusieurs services, voire micro-services.

La géolocalisation est-elle un facteur déterminant du commerce de demain ?
La géolocalisation est intrinsèquement liée au mobile, elle fait partie de son adn. En revanche, considérée isolément elle n’apporte pas de valeur. Elle doit nécessairement être utilisée dans une perspective de service au client mobile. Elle doit notamment rester liée à la prise en compte du contexte dans lequel se trouve le client. Notons également que la géolocalisation peut prendre plusieurs formes, extérieure (outdoor) ou intérieure (indoor) aux bâtiments comme dans un centre commercial par exemple. Sa mise en œuvre peut également relever de technologies différentes en fonction de l’objectif poursuivi par la marque ou l’enseigne. Enfin, n’oublions jamais que sa bonne utilisation est étroitement conditionnée à un strict respect des exigences relatives à la protection des données personnelles et plus généralement à une relation de confiance avec le client final.

L’instant mobile
Deux minutes pour convaincre votre client mobile
Edi.pro, décembre 2015
ISBN : 978-2-87496-306-3

L’auteur – Pascal Poty

Actif dans le secteur des télécommunications mobiles depuis plus de 20 ans, d’abord au sein des Directions générales d’opérateurs de télécommunications puis au sein de cabinet d’études. Expert, Responsable du Pôle Veille Technologique et Juridique, analyste principal pour le marché mobile au sein de l’Agence du Numérique (ex AWT), il est directement associé à la mission de conseil du Gouvernement Wallon dans le cadre de l’élaboration de sa stratégie numérique. Pascal Poty est également Professeur Invité et Conférencier dans plusieurs universités et grandes écoles à Paris, Lille et Bruxelles où il enseigne le marketing mobile.

Se procurer L’instant mobile

Advertisements

From → Catalogue

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :