Skip to content

En Belgique francophone près d’un lecteur sur deux lit sur papier et en numérique…

by sur 21 mars 2016

Si dans le même temps, en Belgique, les ventes de livres papier déclinent (- 3,2%*), celles du livre numérique sont en très légère hausse (+ 0,14%*); on est cependant encore loin de la disparition définitive du bon vieux livre. En effet, dans notre pays, les ventes de livres numériques ne représentent encore que 17,7% du chiffres d’affaire de l’ensemble des éditeurs. Par ailleurs, 22% des lecteurs belges envisagent de lire en numérique dans un avenir proche, c’est un chiffre plus élevé que chez nos voisins français par exemple… La lecture numérique se fait de plus en plus par une tablette voire un smartphone puisque 46% des lecteurs numérique confessent utiliser ce support qui égale, désormais, la lecture sur liseuse. A noter enfin que la lecture en streaming présente la plus forte croissance : + 14%* !

Ces chiffres doivent être rassurants sur deux tableaux :

1° un peu plus de huit livres sur dix achetés en Belgique le sont encore au format papier;
2° l’e-book progresse lentement mais sûrement dans notre pays

Pourquoi le livre imprimé compte-t-il toujours autant d’adeptes ?

Lit-on moins au 21e siècle ? Si l’on s’en réfère à la récente étude demandée par l’Association des Editeurs Belges (juin 2015), 84% de la population francophone belge alphabétisée lit au moins un livre par an. Il n’y a donc pas moins de lecteurs qu’avant mais chaque lecteur semble lire un peu moins… probablement à cause de la multiplication des loisirs et des occupations diverses (internet, TIC, jeux en ligne ou sur pc, sport, télévision, sorties…) ces dernières années. Parmi la population de lecteurs en Belgique francophone :

  • 48% confirment le lire que des ouvrages imprimés;
  • 47% affirment lire sur papier et en numérique;
  • 5% seulement sont des lecteur tout-numérique.

Cela signifie donc clairement que 95% de ces lecteurs lisent toujours des livres au format papier… Et donc que ce support conserve de très nombreux adeptes. Il semble qu’il y ait trois raisons majeures à cette fidélité au livre papier :

  1. la nostalgie : nous avons appris à lire avec des livres en papier, ce support reste ancré en nous;
  2. le sensoriel : pour beaucoup d’entre-nous, le contact avec l’objet livre reste essentiel tant pour son odeur que pour le toucher;
  3. la déconnexion : que ce soit de façon professionnelle ou de façon ludique, nous passons beaucoup de temps sur des écrans qu’il s’agisse d’ordinateurs, de tablettes, de smartphones ou de télévision. Dès lors, prendre un livre imprimé est une forme de déconnexion nécessaire pour beaucoup.

Ce qu’il convient de retenir de ces quelques lignes c’est probablement que, plus que jamais, les livres papier et les e-books ne doivent pas être mis en opposition mais bien être complémentaires. Près d’un lecteur belge francophone l’a déjà bien compris, de nombreux autres le seront, semble-t-il, dans les mois à venir…

—–
* chiffres 2014

Advertisements

From → Actualités, e-book

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :